Et si les montagnards tiraient à la même corde?

En matière de connaissance de la neige et de prévention des avalanches, chacun y va de sa propre trace: le club alpin forme ses chefs de cordée, les professionnels, accompagnateurs, professeurs de ski et guides ont leur propre cursus ainsi que Jeunesse et Sports pour ses moniteurs. Ce, rien que sur le plan national… Rien n’existait jusqu’à il y a peu pour madame et monsieur tout le monde, alors que le nombre d’adeptes de la glisse hivernale hors des terrains balisés croît à forte allure: 60’000 sacs Airbags se sont vendus l’hiver dernier dans les Alpes, 180’000 Détecteurs Victimes Avalanches et quelque 570’000 paires de ski freeride ou randonnée. Tous ces férus de poudreuse abordent les pentes sans formation spécifique, si ce ne sont de traditionnels cours avalanche se limitant aux seuls aspects du sauvetage.
L’International Snow Training Academy (ISTA) vient de créer un cursus de formation et de certification en quatre modules s’étendant sur trois continents et neuf pays différents, se calquant sur la formation des plongeurs, le PADI. Pour créer une méthode unifiée sur le plan international, dotée d’un langage et d’une méthode commune, elle a impliqué une quarantaine d’experts internationaux dans diverses disciplines, qui vont de la nivologie, de la météorologie au sauvetage, mais aussi - et surtout - au domaine de la pédagogie et de la psychologie du sport, ainsi qu’aux sciences humaines. S’ils maîtrisent bien les techniques et la connaissance du terrain, les professionnels peuvent en effet beaucoup profiter des pédagogues pour affiner leur pratiques de l’enseignement, toujours plus sollicitée. Cette nouvelle méthode pédagogique développée de manière novatrice et indépendante concentre l’essentiel de ses cours à la prévention: connaissance de la neige, des facteurs humains et de terrains déterminant la pratique. Les cours de l’ISTA doivent certes encore faire leurs preuves lors de cet hiver test sur le seul marché Suisse. La démarche, commerciale et ambitieuse, n’est pas non plus bon marché. Mais il était grand temps de trouver un dénominateur commun à tous les pratiquants de la montagne, même s’il est issu d’un organisme non institutionnel.

Le Cube 365

« Le Cube 365 est à l’image de ce merveilleux canton qui sait allier nouveauté, air du temps et maintien des traditions comme personne en Suisse. » Sandrine Cohen

 

Prenez un studio d’une quinzaine de mètres carrés: chambre à coucher transformable en salle à manger en un clic de souris, frigo garni de produits du pays, douche et toilettes. Glissez le tout dans l’équivalent d’un container maritime. Dotez-le d’une domotique moderne commandée par tablette électronique, le rendant parfaitement autonome grâce à des panneaux solaires, à une mini station d’épuration et à une pompe à chaleur, tout cela habilement dissimulé sous le plancher. Glissez-y chaque nuit de nouveaux invités de marque ou d’heureux gagnants d’un tirage au sort et trimballez le tout, un an durant, aux quatre coins du Valais: du col du Grand St-Bernard au glacier d’Aletsch, des golfs jusqu’aux lacs, du Rhône jusqu’aux alpages. Neuf tonnes d’ingéniosité, d’artisanat et de technologie, mais aussi d’accueil chaleureux en toute intimité.

Dans le cadre du bicentenaire de l’entrée du Valais dans la Confédération Suisse, le Cube365 parcourt, semaine après semaine, l’entier du territoire valaisan. Idée du directeur de l’office du tourisme de Sierre mise à disposition de tout le canton, elle est une antidote contre l’esprit de clocher qui freine encore les progrès de la branche. L’opération n’est certes pas sans frais, mais elle marque les esprits: « Quelle belle ironie que cette magnifique résidence secondaire qui parcourt le Valais, signent fièrement Franco et Nathalie, un couple « d’encubés » le souffle d’une nuit.… Que la Suisse nous en veuille? Peut-être.. Que la Suisse nous envie? Sûrement! … Verdict? Un sur dix pour le cube? Non! Treize sur treize! »

«  La nuit des martyrs, quelle nuit! Et St-Maurice qui soufflait son histoire dans le cube: nous ne sommes que de passage… Le Cube n’est rien sans la beauté et la force des paysages qui le protègent… » Manuella Maury et Thomas Tscharner

Disposé en pleine nature, face à un décor de vignes et de montagnes, le Cube 365 dévoile en effet  un charme exclusif. Imaginez-le dans un lieu inédit d’une grande ville européenne, au cœur de foires promotionnelles ou au centre d’une animation culturelle destinée à mettre le patrimoine valaisan en valeur. C’est non seulement le savoir-faire de tout un canton qui conquiert des hôtes potentiels, mais la démonstration d’un pays innovant, différent des clichés qu’on aime à entretenir à son sujet. Pour cela, il faudrait que Valais/Wallis Promotion, l’organisme cantonal de promotion économique, s’empare de l’objet comme support de campagnes inédites. Tout comme il aurait pu profiter de l’engouement culturel, artistique et événementiel généré par les manifestations du bicentenaire. Cinphonie2015, Oh! Festival, film 13 faces ou encore 13 tableaux musicaux, autant de créations artistiques de qualité demeurées presque uniques et réservées aux seuls valaisannes et valaisans. Autant de supports originaux qui sortiraient le Valais de ses ornières traditionnelles… à condition qu’elles franchissent les frontières cantonales! VWP oserait-il faire le pas? Saura-t-il profiter de tant d’idées créatrices issues des valaisans?

 

Un assemblage moderne et de qualité, démonstration de la valeur des entreprises valaisannes ayant collaboré à l’entreprise



Commentaire (0) Clics: 438

L’été de la St-Martin à Ferpècle

La langue du glacier de Ferpècle s’est effondrée en un trou géant

Ferpècle, un petit matin d’automne serein: mélèzes couleur d’or, chamois couleur ébène, torrents gelés malgré la douceur ambiante. Les pentes d’herbe ont viré au brun et il devient difficile d’y distinguer le pelage du bouquetin. Pourtant, ça et là, fleurissent encore quelques pensées ou violettes automnales, témoins d’une abondance printanières colorée. Un mince filet d’eau s’est figé à même les dalles jadis polies par le glacier; il est contraint à l’immobilité par un vent frais qui dévale des hauts sommets. Le courant descendant siffle une mélodie triste, amplifiée par de profonds tuyaux d’orgue sculptés dans la moraine surplombante. Le glacier a revêtu un fin manteau dont la blancheur contraste avec le décor flamboyant.

Un réseau de crevasses étranges entaille la langue terminale du glacier de Ferpècle. Vu depuis Bricola, elles forment un faisceau de rides autour d’un œil taillé dans la masse de glace bleuâtre. La caverne frigorifique est entourée de blocs de glace écroulés. Un torrent plat s’en échappe un peu plus bas, puis se prélasse dans quelques gouilles couleur bleu crème.Super-Lune 1:

Dans ce décor superbe, cet œil pleure au cœur de l’observateur attentif. Il taille une vaste brèche dans la langue glaciaire et marque le recul accéléré du glacier. La couche de glace devenue un jour trop faible s’est effondrée, créant cette figure surréaliste mais temporaire, car amenée un jour à fondre entièrement. Manifestation unique d’un phénomène commun: partout dans les Alpes les glaciers reculent car les températures se font de plus en plus douces.  Novembre n’est-il pas en train de battre tous les records de douceur? La plupart du temps, les glaciers abandonnent dans leur retraite un décor de roches en ruine et de sable fin abandonnés sur des dalles lisses. Mais parfois la masse en peine abandonne une caverne latérale, un portique glacé,  isolé de sa masse par un lac ou un bout de moraine.

Il en est ainsi dans toutes les alpes. La langue du glacier du Rhône fait place à un lac profond enserré dans un verrou rocheux. Celle de l’Unteraar délaisse une vaste plaine sablonneuses dans laquelle méandre un torrent brunâtre chargé de limons. Les ogives du glacier d’Aletsch disparaissent petit à petit et de vastes pentes jadis immaculées font place désormais à de tristes et gris dévaloirs de roches disloquées. Telle est la triste mélodie du réchauffement climatique, qui ailleurs se manifeste de manière plus funeste encore.


Un torrent plat s’en échappe un peu plus bas, puis se prélasse dans quelques gouilles couleur bleu crème


Dominé par les tuyaux d’orgue de la moraine et par le Mont-Miné, le glacier de Ferpècle s’effondre sur lui-même


La langue du glacier du Rhône fait place à un lac profond enserré dans un verrou rocheux

Commentaire (0) Clics: 448

13 étoiles au sommet

Illumination du massif des Combins ce 6 mars 2015

Les Valaisans avaient cette année l’embarras du choix pour célébrer le 200e anniversaire de l’entrée de leur canton dans la Confédération Suisse. Une trentaine de manifestations leur étaient avant tout destinées. Sans parler du 1500e anniversaire de l’Abbaye de Saint-Maurice et du 150e de la première ascension du Cervin - pour une fois que cette montagne emblématique doit le respect à un autre monument - citons l’initiative des deux quotidiens cantonaux, le Walliser Bote et le Nouvelliste, pour retracer l’histoire du vieux pays depuis son devenir national. Un bel et grand ouvrage de deux cent pages réunit les articles qui ont retracé le Valais d’hier jusqu’à aujourd’hui de manière fort instructive. Plusieurs créations culturelles originales ont montré le pouvoir créatif des artistes valaisans dans le cadre du Oh! Festival ainsi que par le magnifique opéra musical chanté et joué par les jeunes chanteurs de la Schola de Sion et de l’école de chant haut-Valaisanne Cantiamo. Dernièrement, le concept artistique des « Cinphonies 2015 » présentées par l’orchestre symphonique du Valais sous la direction d’Etienne Mounir à Viège, Sierre et Saint-Maurice s’est construit en sons et en images à partir du profil topographique des frontières de la Suisse et du Valais. Décidément, la montagne valaisanne a beaucoup à dire et à montrer durant ces festivités, notamment par le film « 13 Faces du Valais » qui rajeunit quelque peu ce canton carte postale, des clichés traditionnels dont il s’avère vraiment difficile de se départir, même à l’aide de sports fun.

Parmi cette multitude de projets il en est un qui restera gravé dans l’imaginaire populaire. Mieux encore, qui restera gravé jaune sur noir malgré sa brièveté - trois petites minutes - et qui a connu un écho médiatique international dépassant largement les seules frontières cantonales. Je veux parler de l’illumination de treize sommets valaisans dans le cadre du projet « 13 étoiles au sommet. » Une idée simple, lumineuse, celle d’éclairer de manière pyrotechnique quelques sommets emblématiques des alpes valaisannes. Mais un projet complexe à organiser, qui a vu l’implication d’une septentaine de guides de haute-montagne et d’une trentaine de photographes pour conserver la trace de cette aventure éphémère dans un beau livre tout juste paru. Je revis le premier essai réalisé par des températures glaciales sur les hauts d’Arolla, la vue de l’Aiguille de la Tsa et du Pigne illuminés de rouge puis de jaune. Je me remémore la montée à peau de phoque pour accéder au point de vue choisi sur le massif des Combins, les premiers réglages avant le crépuscule, l’espoir que les bancs de nuages troublant la scène se dissipent à temps, la longue attente et la fébrilité des quelques prises de vues dans le temps bref imparti. Puis la descente dans la nuit au seul faisceau d’une lampe frontale. Mais le résultat, bien là, en vaut la gageure. Il restera dans beaucoup de mémoires comme le symbole d’une année festive bien garnie.

Je revis le premier essai réalisé par des températures glaciales sur les hauts d’Arolla, la vue de l’Aiguille de la Tsa et du Pigne illuminés de rouge puis de jaune:

Commentaire (1) Clics: 465

À l’ombre de la terre

Ils sont nombreux, ce matin du 28 octobre, à avoir lorgné par la fenêtre et, déçus par le plafond de nuages, à avoir rejoint leurs plumes pour quelques heures de sommeil de plus. C’est qu’il fallait monter, cette nuit-là, fort haut jusqu’au-dessus de la mer de brouillard, pour découvrir le phénomène. À 1800 mètres d’altitude, les persévérants ne le regrettent pas.

Le phénomène est celui de la super-lune, lorsque le satellite de la terre, au plus proche de celle-ci, passe dans son ombre, s’éteint et vire à l’orange, presque au rouge. Ou lorsque, malgré la pleine lune, on peut observer toute la beauté de la voie lactée sans être importuné par une trop forte luminosité lunaire. Il s’est même trouvé quelque étoile filante pour strier le ciel et appeler au vœu le plus sincère.

Ne serait-ce que pour le spectacle de cette lune pleine et si proche, cela valait le déplacement. Lorsque l’on observe même à l’œil nu le relief lunaire et lorsque de simples jumelles dévoilent ci une vaste pleine, là un cratère ou encore une montagne. Nul besoin de lampe de poche pour progresser sur terre, on y voit presque comme en plein jour, mais en monochromie: les couleurs s’effacent et rendent la nuit mystérieuse pour quelques heures de méditation.

L’éclipse débute de manière imperceptible, juste une zone d’ombre qui, petit à petit, recouvre son bord droit. Puis le disque devient croissant, la lumière diminue et vire gentiment à l’orange. Lorsque tout rayonnement direct disparaît de la surface lunaire, celle-ci s’efface presque et revêt une robe rouge-orangé. Une heure durant, l’imaginaire se plaît à sombrer dans une ambiance d’apocalypse. Jusqu’à ce que, subrepticement, une lueur apparaisse sur le côté gauche, un croissant pâle tout d’abord, bientôt éclatant de lumière à force de s’épaissir. Et l’orangé de disparaître de la face ombragée, et la face éclairée de dévoiler petit à petit les cicatrices de son relief. Jusqu’à ce que la lune dans son entier devienne à nouveau normale et poursuive sa trajectoire vers le couchant d’une nuit insolite.

Alors que les premiers chasseurs rejoignent leur poste, sur la lune, ce jour-là, il y avait une éclipse solaire.

Jusqu’à ce que, subrepticement, une lueur apparaisse sur le côté gauche, un croissant pâle tout d’abord, bientôt éclatant de lumière à force de s’épaissir

 

Jusqu’à ce que la lune dans son entier devienne à nouveau normale et poursuive sa trajectoire vers le couchant d’une nuit insolite

 

Commentaire (0) Clics: 426

François Perraudin twitter   
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.